Poitrine

Implants mammaires

Les indications :

L’augmentation mammaire est indiquée lorsque la patiente juge que le volume de sa poitrine est insuffisant ou lorsque la forme de ses seins n’est pas conforme à ce qu’elle souhaite.

Généralités :

Les prothèses mammaires sont positionnées derrière la glande mammaire ou derrière le muscle pectoral (selon la technique choisie).

Il n’y a pas de contre-indication à se faire poser des implants mammaires avant d’avoir eu des enfants.

il n’y aura pas non plus de problème pour un éventuel allaitement, la glande mammaire fonctionnant tout à fait normalement.

Les seins se placeront naturellement, comme des seins non opérés, et « couler » sur le côté en position allongée. Les mamelons conserveront leur sensibilité.

La durée de vie d’un implant mammaire :

D’une manière générale, nous pouvons considérer que les prothèses mammaires ont une durée de vie d’une vingtaine d’années environ.

Comme toutes les femmes, même non opérées, vous ferez des contrôles réguliers par le biais d’une mammographie.

Si un changement de prothèses s’avérait nécessaire, le geste opératoire serait plus simple que lors de la pose initiale, car la loge destinée aux prothèses aura déjà été réalisée.

Déroulement de l’intervention :

Lorsque vous aurez pris votre décision, vous rencontrerez l’anesthésiste avant l’intervention. Vous pratiquerez également une mammographie. L’hospitalisation sera en général de 24 heures.

Les cicatrices sont placées le plus souvent au niveau de la partie basse de l’aréole. Elles sont petites et deviennent quasi-invisibles.

L’implant est en fait une enveloppe de silicone médical, souple texturée, remplie de silicone hypercohésif qui ne coule pas en cas de rupture de la prothèse.

Les différentes techniques de positionnement des implants mammaires :

Derrière la glande mammaire,

Derrière le muscle pectoral,

En dual plan (technique qui permet de placer le haut de la prothèse derrière le muscle pectoral et la partie basse de la prothèse derrière la glande mammaire. C’est la technique la plus actuelle et qui donne un aspect très naturel des seins.

Le choix de la technique se fera avec votre chirurgien en fonction du volume et de la taille des seins existants, ainsi que de la forme de seins que vous souhaitez obtenir, tout en tenant compte également de la tonicité de votre muscle pectoral.

Les suites opératoires ?

A la fin de l’intervention, vous aurez un pansement compressif en forme de soutien-gorge, qui sera retiré au bout de 5 jours environ. Le Docteur Tagliero vous prescrira un soutien-gorge spécial que vous porterez de jour comme de nuit durant 1 mois.

Les suites opératoires peuvent être plus ou moins douloureuses et un traitement antalgique vous sera prescrit ainsi qu’un traitement antibiotique.

Les fils se résorberont tous seuls.

Vous ne devrez pas porter de charge lourde, ni lever les bras en l’air pendant une durée de 8 jour environ. Vous pourrez ensuite reprendre une vie normale. Toutefois, vous devrez éviter les sports sollicitant le muscle pectoral pendant un mois ½.

A l’ablation du pansement, vous pourrez déjà avoir une idée du résultat en sachant que les seins seront encore un peu gonflés. Le résultat continuera à s’améliorer au fil du temps, pour être naturel au bout de 6 mois.

Dans 1% des cas, il se peut que le corps fasse une forme de rejet de la prothèse en formant autour de celle-ci une « coque ». Si cette coque ne disparaît pas avec un traitement médicamenteux, il faudra alors réopérer .

En conclusion :

La pose d’implants mammaires est une intervention qui donne des résultats remarquables, avec des seins très naturels et un risque minime de coque, sans risque accru de cancer du sein (cela a été prouvé depuis longtemps par de très nombreuses études scientifiques).

Plasties mammaires

 

Généralités :

L’intervention est indiquée en cas de chute (ptôse mammaire) et/ou d’excès de volume des seins (hypertrophie mammaire).

L’objectif de l’intervention sera donc de remonter les seins, éventuellement en réduisant leur volume.

Avant l’intervention, il vous sera systématiquement prescrit une mammographie. D’importantes études ont été réalisées afin de savoir si une intervention chirurgicale pouvait favoriser l’apparition d’un cancer. Elles ont toujours été négatives et ont signalé qu’un certain nombre de petits cancers ont été découverts et enlevés grâce à la mammographie pratiquée avant un acte de chirurgie esthétique.

Par ailleurs, des seins trop volumineux et trop lourds peuvent avoir un retentissement au niveau dorsal et/ou cervical, avec un dos voûté et des douleurs. La situation est souvent aggravée par une mauvaise posture due au complexe, notamment chez la jeune fille.

Le bénéfice de cette intervention est donc triple :

  • Esthétique, bien sûr.

  • Fonctionnel, en diminuant les dorsalgies et permettant la pratique d’activités, notamment sportives, rendues jusqu’alors trop pénibles voire impossibles.

  • Psychologiques, effaçant le complexe handicapant.

L’intervention :

Elle se déroule sous anesthésie générale, en position semi-assise, ce qui est la garantie d’un résultat esthétique et symétrique.

Chaque poitrine est en fait un cas particulier et l’on peut donc envisager différentes techniques :

  • La simple ptôse où l’on ne fait que remonter et regalber les seins. L’intervention sera réalisée sous anesthésie sera générale ou semi-générale et en ambulatoire. La cicatrice si situera autour de l’aréole, c’est-à-dire entre peau colorée et peau claire, donc peu visible.

  • L’hypertrophie mammaire importante où l’on passe d’un bonnet E ou F au bonnet C, parfois avec 2 kilos à enlever par seins. L’intervention se déroule sous anesthésie générale avec une hospitalisation de 48 heures. Il y aura une cicatrice en forme de « T inversé » avec une cicatrice autour de l’aréole, une verticale qui descend de l’aréole au sillon sous-mammaire ainsi qu’une cicatrice dans le sillon sous-mammaire. Même dans les cas extrêmes, les techniques permettent d’éviter les zones de l’aisselle et du sternum qui sont des zones visibles dans le décolleté et les vêtements échancrés.

Entre ces deux cas, tout est possible :

  • Cicatrice autour de l’aréole + cicatrice verticale

  • Cicatrice autour de l’aréole + cicatrice verticale + une petite cicatrice horizontale


 

Les suites opératoires :

Les suites opératoires sont peu douloureuses. Au réveil, un pansement compressif en forme de soutien-gorge est mis en place pour une durée de 5 jours environ.

A votre sortie, il vous sera prescrit un traitement antibiotique et antalgique. Le pansement sera retiré vers le 6ème jour et sera remplacé par un soutien-gorge sans armature (de la taille de votre nouvelle poitrine) que vous porterez jour et nuit pendant une durée d’un mois.

Tous les types de soutien-gorge peuvent être utilisés par la suite. Les fils se résorberont seuls.

Le sport est déconseillé pendant environ 6 semaines. Le soleil en exposition directe, sur les seins et les cicatrices, est également déconseillé pendant un an. En revanche, avec un maillot de bain, l’exposition au soleil est permise au bout d’un mois.

Conclusion :

La plastie mammaire est une intervention qui donne de grandes satisfactions, surtout dans le cas d’hypertrophie mammaire importante chez la jeune fille.

De plus, la sensibilité du mamelon est en principe conservée. L’allaitement est possible après ce type d’intervention. Il n’est donc pas nécessaire de trop attendre pour opérer les hypertrophies mammaires importantes de la jeune femme.

L’intervention est possible dès 17 ans afin d’éviter l’apparition et/ou l’aggravation de la statique vertébrale ainsi que des complexes. Il est également recommandé d’opérer les hypertrophies invalidantes, même après l’âge de la ménopause.

Enfin, la plastie mammaire peut être associée, dans certains cas à la pose d’implants mammaires.

4 Rue Arcade,

75008 - PARIS

Tél. : 09 70 35 27 33